19
Sep
2018

« Grosse et hyper sensible, mon premier billet d’humeur impudique ! »

“Au commencement était l’émotion.”

De Louis-Ferdinand Céline

Salut vous,

Aujourd’hui, envie de partager avec vous une réflexion, un point de vue sur un type très particulier de forme de prise de poids, le poids émotionnel…

Car si vous ne le saviez pas, il y en a plusieurs, les causes sont nombreuses et les façons de les appréhender diverses : on ne parlera pas de la même manière d’une personne qui a prit du poids à cause de la prise de médicaments, qu’une autre qui a la thyroïde, ou fait de l’hyperphagie, est boulimique, etc…

On ne les regardera pas non plus de la même manière, on en plaindra certains, d’autres nous suggèreront de la crainte ou de la compassion, mais il y a un gros que l’on ne pardonne pas, que l’on ne comprend pas, c’est celui du sentiment…

Qui avale de l’affectif à tous les repas, se rue dans le frigo pour se remplir l’émotif, le taiseux qui grignote faute de savoir dire les choses, peureux du conflit, hyper sensible de la vie, qui ingurgite de l’aliment pour se donner de la contenance, s’appuyant sur la bouffe pour rester digne face aux défiances, qui se récompense par le sucre, se réconforte dans le gras, l’ami joyeux qui cache très bien toutes ses peurs qui l’inondent, ses émotions envahissantes qui cadrent mal avec le monde…

Vous voyez de qui je veux parler ?

C’est cette personne toujours au garde à vous, drôle, attentionnée, qui veut toujours faire plaisir, en fait même un peu trop, fuit pour ne pas avoir à répondre par la négative, qui console, qui conseille, et ravale sa salive qu’on la traite bien ou non…

Eh bien ce gros-là, à toutes les caractéristiques de ce que l’on appelle les gros émotionnels !

Et je fais partie de cette famille-là, je suis de ceux à qui l’on rabâche que de perdre du poids n’est qu’une histoire de volonté et qu’il serait tant que j’en ai un peu plus, « quand on veut on peut ! » le genre de conneries que j’ai entendu toute ma vie…

Je suis de ceux, de celles qui ont tout essayé pour maigrir, et ce ne sont pas des paroles en l’air :  de la soupe aux choux, à la détox, du régime protéiné à la diète, de Ducan au café carotte, des régimes sachets au breuvages drainants, même la chirurgie de l’anneau est passée par moi, cela m’a détruite moralement, plus jamais ça !

Je suis de ceux, de celles, qui ont tout tenté, tout testé, en vain, qui pourraient passer le concours de la diététicienne de l’année tant ils savent ce qu’il ne faut pas faire nutrionnellement, qui se sont battus bec et ongles pour perdre des dizaines de kilos et en reprendre le double, ces acharnés des calories et du programme Weight Watchers, craquants à bout de forces après 6 mois de privations, s’autoflagellant, se rabaissant, pleurant à gros sanglots sur ce manque de volonté qu’on leur assène comme un écho dans les oreilles à la moindre occasion, je suis de cette famille-là, en perpétuel conflit entre le corps et l’esprit, si vous saviez comme c’est fatiguant de se battre tous le temps comme ça…

Pourquoi vous dis-je cela ?

Parce qu’aujourd’hui est venu le temps de la reconstruction, parce qu’aujourd’hui, j’ai compris le pourquoi du comment, j’ai le recul nécessaire, fait face à mon histoire, ai identifié ce qui ne tournait pas rond, et même trouvé quelques clefs qui vont me permettre d’aller de l’avant, dans ma vie, simplement, de façon sereine et sans me forcer, avec du temps…

Je vous explique comment ?

D’abord, j’ai compris que dans « obésité ou gros émotionnel », il y avait ce côté affectif et relationnel que l’on ne prend jamais en compte, cette hyper émotivité, sensibilité exacerbée, trop plein sentimentale mis en arrière-plan, car on est trop focalisé sur les chiffres de notre poids qui montent, or, c’est le sens même de cette pathologie, je ne vous apprends rien me direz-vous, mais si en fait, parce que c’est là que réside la majore partie du problème …

On ne voit les « gros » que par les chiffres que montre la balance, c’est une erreur, et aujourd’hui, j’aimerais beaucoup que le corps médical voit les choses de cette façon !

Puis, j’ai décidé de pousser la porte d’une Psy, il y a deux ans déjà pour me comprendre et partir à ma découverte, ma rencontre, la meilleure idée de toute ma vie…

Chez elle, j’ai été malmenée, tourmentée, chahutée, mise face à moi-même, j’ai compris, appris, trébuché, me suis relevée, ai été bouleversée, surprise, perplexe, étonnée de me découvrir, j’ai fait des deuils, réglé des comptes, fais table rase, j’ai digéré, (mot si rempli de sens dans le cas précis) pris le temps de comprendre, de m’apprivoiser, me réapproprier, soigner ce qui devait l’être, réaliser comment je fonctionne, et aujourd’hui ce travail fait de moi une femme plus sereine, délestée de baguages bien trop lourds à porter, je connais mes forces et mes faiblesses, et me construit tout doucement à mon rythme, dans la conscience, la réalité de tout mon être aussi complexe que beau soit-il, et j’en suis fière !

En fait, pour comprendre l’obésité émotionnelle, somme toute différente soit elle chez chacun et chacune, je pense que la clé est d’être curieux, d’avoir envie de comprendre le pourquoi du comment de notre état, sans préjugés, ni pression, juste par soif et désir d’en connaitre d’avantage sur soi, sans ce sentiment désagréable d’oppression que peut engendrer le regard des autres, qu’il est important de se délester de tout ça pour se retrouver face au mirroir avec l’envie d’apprendre…

Forte de ces enseignements, aujourd’hui, j’entame une nouvelle aventure, plus concrète, en allant chercher ce qui me convient physiquement, dans mon corps, ma chair, je cherche à découvrir ce qui m’anime le corps et ce qui l‘emprisonne, l’éteint, d’un point de vue nutritionnel, mais aussi et avant tout vibratoire, avec l’auto hypnose, la pleine conscience, j’ai envie de m’éveiller à ce qui est bon pour mon corps, le mien, à le stimuler pour en comprendre son mécanisme, et vivre en paix avec lui…

Si cela vous intéresse, j’ai d’ailleurs pas mal d’idées d’articles à vous proposer sur le sujet, des choses toutes simples à faire, mais qui me font du bien dans la vie de tous les jours, et je serais heureuse de partager ça avec vous si vous en avez envie ?

Mon seul but étant de partager mon chemin vers l’équilibre entre ma tête et mon corps, je crois que c’est en réalité ce que nous cherchons tous d’ailleurs, maigres, gros, grands, petits, jeunes ou vieux, comme disait l’autre : le but est de trouver son chemin vers l’harmonie entre le corps et l’esprit (citation bien New Age sur les bords mais tellement vraie) 😉…

Témoigner de tout cela, est l’une des raisons de l’ouverture de ce blog !

 

Et j’en aurais mis du temps, à vous parler de ça à la première personne, j’en aurais écrit des articles à tourner autour du pot, trop pudique jusqu’alors ou simplement pas prête, j’avance, en vous entrainant avec moi, parce que vous m’êtes précieuses, fidèles et qu’il m’est primordiale ici d’être sincère, honnête, parce que vous me le rendez bien, et que vous m’apportez tant….

Je vous embrasse fort, fort, fort !

A très vite,

Prenez soin de vous !

Mimi

You may also like

« Idées cadeaux de Noël à moins de 50€ ! »
« Velvet Jogpant… »
« Préparer Noël, avec gourmandise… #1 »
« La cape à carreaux Shein… »

22 Responses

  1. Marieb

    Que je suis contente de te retrouver Mimi. J’ai connu cet état et je le connais encore, un peu moi sans doute mais je sais que je devrai toujours composer avec. Etre la gentille, celle que l’on aime, ne pas vouloir faire de la peine, celle que tout affecte même, qui en arrive même à pleurer devant un dessin animé. J’ai l’impression d’avoir eu ce besoin d’être aimé ou plutôt apprécié depuis toujours. J’ai moi aussi entrepris une thérapie il y a quelques années mais j’ai mis beaucoup plus de temps que toi à cette recherche de « Moi ». Les frigos ouverts, les paquets de biscuits parce que j’étais triste après avoir dit ce que je pensais ou parce que je n’arrivais à dire les choses je connais. Un jour (en fait il y a un peu plus d’un an) j’ai eu comme un déclic. Je me suis rendue compte que je me punissais, je me détruisais parce que je voulais être « parfaite », « aimée ». Je n’ai plus envie d’être parfaite, si on m’aime tant mieux, sinon tant pis. Je ne veux plus faire plaisir en étant celle que je ne serai jamais. J’ai réappris à manger de tout, même ce qui détietiquement n’est pas correct. Ce n’est pas le chiffre de ma balance qui m’a motivé mais mon bien être. Je veux juste être bien, ne plus avoir mal, ne plus me réfugier dans la nourriture comme si c’était mon doudou.
    Je te souhaite bonne réussite pour ta renaissance et te fais de gros bisous

    1. Mimi

      merciiiiiii, merci infiniment Marie, pour ton témoignage et ces mots écrits 🙂
      merci pour ce partage, pour te gentillesse et ta fidélité,
      je t’embrasse très fort,
      Mimi

  2. Steph

    Merci. Je me retrouve complètement dans ces mots.
    Je suis encore dans la phase: je veux que quelqu’un m’aime…
    Dur de vivre seule, idées noires à foison….
    Il va falloir passer par la case psy qui me semble en effet indispensable.
    Tes mots résonnent en moi, me font me sentir mon seule, alors encore merci.
    Tu as fais un joli parcours. Bravo.

    1. Mimi

      merci à toi sweet Steph, pour ces mots et le partage de ton vécu,
      cela me touche beaucoup,
      je t’embrasse,
      des bises,
      Mimi
      ps: et hauts les cœurs le noir c’est beau que sur les fringues hein !
      alors on se remplie de soleil 😉 🙂 🙂 🙂
      encore une bisouille !

  3. Clb

    Bonjour. C est la première fois que je commente mais dans tout ce que tu as écrit je me retrouve.Cela m a permis de me rendre compte que oui je veux toujours faire plaisir à tout le monde que j évite toujours d être en conflit quitte à accepter l inacceptable. J essaye malgré tout d être heureuse et j y arrive avec des parfois des hauts et des bas. De plus en plus je prends confiance en moi. Bravo à toi d avoir écrit cet article et merci aussi pour tes looks ça me donne des idées même si je suis moins extravagante que toi dans mes choix vestimentaires . Biz.

    1. Mimi

      hi hi merci beaucoup Clb pour ton petit mot et d’avoir pris le temps d’écrire ça me touche beaucoup de toutes vous lire,
      pleins de bises extravagantes 😉
      et à vite,
      Mimi

  4. véronique

    coucou mimi

    quel bel article on te lirait encore et encore tant tu nous fais du bien
    je suis une éponge émotionnellement je crois que j ai toujours eu un rapport compliqué avec la nourriture si je vais bien je prends plaisir à manger et si je vais mal la nourriture est mon refuge et tout y passe et je ne sais pas si un jour je réussirai à vaincre ce problème..
    des articles sur le sujet m interessent , prends soin de toi aussi

  5. Corinne

    En vous lisant ce matin j’avais l’impression de lire mon histoire!!! alors oui j’aimerais que vous continuiez à nous faire partager votre cheminement….. Pas forcément pour valeur d’exemple mais pour montrer un chemin et nous encourager. Je vous suis!!!

    1. Mimi

      oh ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, Corinne,
      si vous avez besoin d’encouragements, je serais toujours là pour vous, toutes!
      derrière mon écran peut être, mais droite dans mes bottes et au garde à vous,
      vos témoignages, nos échanges, vos avis, retours, mots, me sont si chères…
      pssssit, ne le répète pas mais en fait, bah, je vous aime toutes quoi 😉 😉 😉
      pleins de bisouilles,
      Mimi

  6. nat

    bravo petite mimi continues sur ta lancée je me suis retrouvée dans tes propos et après avoir trouvée le veritable amour aujourd hui je suis en paix

  7. Vanina

    Oh, que ça fait plaisir de te lire (je suis en vacances d’où une petite déconnexion des réseaux )!! Je te trouve extrêmement courageuse de faire ce travail, de te livrer et j’en profite pour te remercier de nous laisser t’accompagner et échanger.
    Au fait, tes photos sont magnifiques. Force et courage!! Des bises

  8. halya

    Je suis en larme. c’est bien ça, mais comment le dire comment l’exprimer comment le faire comprendre aux autres tout à l’air d’aller bien. En apparence…

    1. Mimi

      tu sais Halya, parfois il suffit de le dire…
      je me suis rendue compte que nous nous créons des peurs et que bien souvent, elles sont bien moins justifiées qu’on ne le pensait 🙂
      et bien mieux reçues aussi par les personnes qui nous aime 😉
      courage et pleins de bises 🙂
      à très vite,
      Mimi

  9. marie de nice

    bonjour je suis touchée par votre témoignage ,vous avez trouvé votre chemin pour être en phase.BRAVO, parfois le chemin est très chaotique alors courage et merci pour ce partage qui me va droit au coeur ,le mien est aussi compliqué mais la sérénité est là ,il y’a souvent des rechutes mais je les comprends et les canalisent mieux je suis une mangeuse du stress mon métier apporte cet inconvénient mais m’apporte aussi beaucoup alors !!! grosses bises mimi vous êtes aussi belle dehors que dedans comme dit ma fille

Leave a Reply